(almost) 40 – chroniques d’une adulescente – part. 1

Posted on

 « On a toujours le choix de rester ou sortir de sa propre cage »

Part. 1

Dans 6 mois, j’ai quarante ans.

Quarante ans.

4 x 10. (10 ans, sage comme un orage, petite fille modèle de l’extérieur, rebelle en ébullition de l’intérieur)

Je ne vous parle pas de mes 17 ans… bombe à retardement.

2 x 20. (20 ans, l’oiseau en cage rêve de nuages, la bombe est désamorcée… faudra penser à retrouver le détonateur)

1x 40. (on my way, inspire le futur, expire le passé … enfin, essaie)

Dans 6 mois, j’ai quarante ans. C’est la mer à boire. J’vous jure (y a pas de faute de syntaxe).

Ça me pique les yeux. Ça me fait des nœuds au cerveau. J’ai la cuisse flasque. Le cheveu qui blanchit. Des cernes de panda qui ont décidé d’élire domicile même quand je les oblige à prendre des vacances.

J’ai l’impression d’être scotchée en gare de l’Ouest sur la pointe des pieds (« on tiptoe » exactement, les mains tendues vers les étoiles) et de voir passer le train de la vie à grande vitesse sans jamais réussir à l’attraper.

Je suis en dép. tous les deux jours. C’est déprimant. Je passe du rire aux larmes en moins d’un quart de seconde. On m’a pourtant bien dit que la ménopause, c’était pas avant 50 ans, non ?!

Je suis comme une ado de 17 ans bloquée dans le corps d’une quadra (y pourraient pas imaginer un mot plus joli à l’Académie française ! Ce serait franchement « Xennial » de trouver un autre terme, voyez).

C’est complètement schizophrénique. Ça me rend chèvre. Comme Pierre Richard dans le film, mais en moins drôle.

Je ne suis pas mélancolique. Je suis nostalgique. Mais pas au sens littéral du terme. Je n’ai pas le mal du passé. Je n’ai ni regrets, ni amertume. Je sais que ce que j’ai vécu m’a permis de me construire.

Mais, punaise, qu’est-ce que j’ai le mal de mer (quand je vous dis que c’est la mer à boire, je déconne pas !). Ca tangue tellement dans mon palpitant qu’il est déchiré entre faire ce qu’il faut et faire ce qu’il aimerait. Vous avez vu, j’ai employé le conditionnel pour conjuguer le verbe aimer. CQFD. Il aimerait bien que la mer se calme. Que les contraintes et les obligations prennent le large. Que le monde tourne autrement pour le laisser s’exprimer tranquillement.

Il sent que là, il y a un nouveau virage qui s’annonce (avec un chiffre à te mettre rond comme un ballon) et il n’a vraiment pas envie de le louper.

Il se sent tout comme la dernière chanson de Zazie qui rallume instantanément la petite étincelle qui palpite.

Il a envie de « Speed » !

Depuis le temps que tu dors
Ça fait des mois, des mois que tu hibernes
Que tu sors pas de ta caverne
T’as beau tout faire pour le cacher
Sous tes airs d’ours mal léché
Tu vibres encore
Tu vibres encore

Allez, debout, allez, sors
Je te sens battre au fond de moi
T’es pas tout neuf, mais pas si vieux
Non, t’es flambant vieux
Et tu speedes encore
Oui, tu speedes encore

Réveille-toi, fais pas le mort
L’univers ne s’arrête pas
Parce qu’on n’a plus voulu de toi
Allez hop
Tu es libre alors
Oui, libre encore

Allez, quitte ce corps sage
Bats plus vite que ton âge

Sors de ta cage
Allez hop
Speed encore
Speed encore

Bats, mon cœur
Cogne et sors
De ce corps
Allez hop
Speed encore
Speed encore

Bats, mon cœur
Et sors
De ce corps
Allez hop
Speed encore

Mon cœur, sors
Sors
De ce corps
Allez hop

Allez hop
Speed encore

Allez hop
Allez hop
Allez hop
Allez hop
Allez hop
Allez hop

Il cogne tellement fort mon cœur que ça fout régulièrement mes chakras en l’air. Alors qu’ils n’ont qu’une seule envie : être alignés pour le meilleur et surtout pas pour le pire.

Il aimerait juste accoster sur le bon rivage pour souffler un peu et réaliser mes rêves.

Quand j’étais petite, j’avais la folie des grandeurs. Je me sentais pousser des ailes qui pouvaient m’emmener vers des destinations lointaines que j’explorerais comme Indiana Jones.

I’m a daydreamer and a night thinker.

Je rêvais de découvrir des trésors comme dans les Goonies et de sauver le monde à ma façon (enfin, un truc dans le monde, je ne me prenais pas non plus pour Bruce tout puissant, rassurez-vous).

La porte était grande ouverte. Je n’avais qu’à prendre mon envol. C’est bien ça l’esprit de liberté qu’on m’a transmis ? Faire le grand saut dans l’inconnu pour voir ce qu’on peut trouver. Sauf que l’oiseau n’est pas sorti de sa cage. J’ai cassé les ailes de ma petite héroïne, je lui ai mis des œillères pour qu’elle ne se doute de rien, et j’ai appuyé sur pause.

J’ai suspendu mon temps intérieur. J’ai collé de la ouate sur ma petite voix. C’est fou ce que ça peut crier fort ces petites choses-là.

(l’oiseau en cage rêve de nuages, ne jamais s’oublier, prendre son envol, ne jamais s’oublier, prendre son envol)

Je me suis créé une jolie carapace bien capitonnée. Et j’ai regardé de loin (ma) vie défiler.

L’hypersensibilité se paye au prix fort. Je ne me doutais pas qu’on pouvait se donner l’autorisation d’être parfaitement imparfait.

Les erreurs de jeunesse, ça me connaît. Je les ai accumulées comme on empile les briques à Tétris pendant que mon Pac-Man perso s’occupait de récupérer des super pac-gommes pour vite bouffer les fantômes qui traînaient.

« Erreur 404 » s’affichait régulièrement en gros dans ma vie mais je feignais de l’ignorer. (jolie carapace bien capitonnée)

On n’est pas tous armés pareil pour combattre sa vulnérabilité.

On devrait avoir le choix des armes à la naissance. Ca éviterait que notre crétin de mental monte une mutinerie pour saborder notre capitaine flamme.

J’ai tout bien foiré.

Foirer.

{Fware}. Verbe transitif.

Avoir la foi mais se planter.

Je rêvais de partir explorer le monde. Je suis restée ici.

Je rêvais d’être grand reporter. Je suis devenue journaliste locale.

Je ne voulais pas d’enfant. J’en ai deux. (mais qu’est-ce que je les aime, c’est sûrement la seule jolie chose qui reste de la pause)

Je rêvais du prince charmant. (il aurait mieux valu m’assommer avec une pelle)

Je rêvais de m’envoler (je suis une fille de l’air). Je me suis clouée au sol.

J’ai fait taire ma voix, mais elle a gardé la foi.

(l’oiseau en cage rêve de nuages, on a retrouvé le détonateur)

Part. 2 Soon.

0 Comments

Leave a comment

Your email address will not be published.